Sortie de fin de saison le 13 novembre 2019 : la centrale hydro-électrique de Kembs

La visite de l’aménagement hydro-électrique de Kembs débute dans le hall d’entrée de l’usine par une présentation générale des installations devant de magnifiques panneaux et photos puis par un peu d’histoire, histoire qui commence en 1928 par la construction des ouvrages (le barrage, le canal, les écluses et l’usine) et leur mise en service en 1932. S’en suivent quelques explications sur l’aménagement global de la partie franco-allemande du fleuve entre Kembs et Iffezheim et les différentes évolutions technologiques au fil des ans. Les 10 aménagements représentent une puissance installée d’environ 1,4 million de kW (en comparaison, soit l’équivalent de 700 éoliennes). Nous apprendrons que l’Etat est propriétaire des installations et qu’EDF, via une concession, se charge d’exploiter et d’entretenir les ouvrages.

Puis nous allons à l’étage où se situe le centre de conduite du Rhin qui gère les 10 usines tant sur le plan de la production que sur la tenue des plans d’eau (poste hautement sécurisé que nous n’apercevrons qu’à travers une baie vitrée). Toutefois depuis cet endroit nous avons une vue plongeante sur la salle des machines qui abrite 6 groupes de production hydro-électriques pouvant turbiner jusqu’à 1400m3/s et produire plus de 900 millions de kWh par an.
Après nous être déguisés en visiteurs facilement repérables (casque blanc, charlotte bleue, audiophone sur les oreilles et gilet vert) , le guide nous conduit via la plage amont (entrée d’eau vers les turbines) jusqu’à la salle des machines où quelques explications un peu plus techniques nous sont apportées sur le fonctionnement d’une turbine et la façon dont la force motrice de l’eau est transformée en électricité.

Comme nous sommes un groupe de vaillants marcheurs, nous nous rendons à pied jusqu’aux écluses où à la surprise générale nous apprenons que la navigation sur le Rhin est libre de péage (conventions de Mayence de 1831, puis de Mannheim en 1868) et que la langue officielle de la batellerie sur le Rhin est l’allemand. Afin de respecter ces conventions, EDF se doit dans son d’exploitation de donner priorité à la navigation fluviale et à la tenue des plans d’eau et non à la production d’électricité.

Petite explication sur le trafic fluvial qui est assurée 24h sur 24 par des équipes d’éclusiers qui sont des agents EDF (la navigation n’est arrêtée que dans la nuit de Noël et de Nouvel An). Les 2 sas de 25m de largeur, de 180m de longueur et de 20m de profondeur voient passer en moyenne une centaine de bateaux par jour. La largeur du plan d’eau du canal est d’environ 150m pour une profondeur moyenne de 12m. Nous ne nous rendrons pas à l’ouvrage de tête de l’aménagement à savoir au barrage qui se trouve dans le lit naturel du Rhin, 6 km à l’amont de l’usine (quasiment en face du restaurant de la piste du Rhin où nous allons déjeuner). Ce barrage mobile permet de dévier l’eau du fleuve vers le grand canal d’Alsace et ses 4 aménagements entre Kembs et Vogelgrun. Sa seconde fonction consiste, lors des crues, à déverser l’excédent d’eau (lorsque le débit est supérieur à 1400m3/s) vers le « Vieux Rhin » comme on nomme communément la partie du cours d’eau qui fait la frontière entre la France et l’Allemagne et a réguler le niveau du plan d’eau et par la même occasion le niveau d’eau dans le port de Bâle.

Texte Jean-Marc – Photos Jean-Marie, Huguette, EDF

Après cette visite très instructive, nous allons déjeuner au restaurant , la piste du Rhin, velouté de potiron, civet de chevreuil et accompagnements ou pièce de boeuf sur pierrade, dessert.
Cette journée marque le début de saison d’hiver avec des randos en demi-journées, voir le programme sur

http://www.ssolhabsheim.fr/wp-content/uploads/2019/11/20191028-prog-sortie-hiver-2019-2020.pdf