Marche du 20 Septembre 2017 – Leimbach

Ruines de l’Eglise St Blaise de Leimbach – Une bonne troupe de 22 personnes s’est rendue dans les faubourgs de Thann à Leimbach ce 20 septembre. L’origine du nom du village semble provenir de l’ancien haut allemand (althochdeutsch) Leim = argile et de Bach = ruisseau. La première mention du village remonte à l’année 1182. Leimbach fit partie jadis des terres des comtes de Ferrette, puis des Habsbourg. A notre arrivée, nous avons découvert un clocher ‘’en ruine’’, reste de l’ancienne église paroissiale « St Blaise », détruite par un bombardement en 1917. Et classé monument historique en 1924 (voir photos). La montée du parcours sportif dans une jolie forêt de chênes et châtaigniers a vite dégourdi les jambes. La météo sympa a permis d’apprécier la ‘’Vue Zuber’’ du Thanner Hubel jusqu’au Grand Ballon, à côté d’un abri du club vosgien. Puis après une petite descente, ça remonte sur le sentier Baumann vers l’abri du même nom, retapé neuf en début d’année. D’autres randonneurs sont sur le point de s’y installer.

Mine de rien en marchant et papotant l’heure avance, aussi le guide décide de prendre le sentier « + » jaune, et de court-circuiter la montée menant au col du Hundsrück, ce qui nous amène à l’abri du Hochburg à midi. Les bancs et tables disposés autour et la vue très dégagée sur le sud de la plaine d’Alsace seront supers pour casser la croûte. Tant pis pour un autre groupe qui arrive 5’ après : ils se résignent à s’installer dans l’abri.

En descendant, nous longeons un fossé énigmatique (naturel ou fait par l’homme ?) qui débouche à Rammersmatt. Une belle ferme et sa cour carrée rénovées nous y étonnent. Puis après avoir passé des collines, admiré la chapelle Maria Uf Rain et essayé ses cloches, nous traversons Roderen. Une dernière montée, des pommiers et quetschiers, des bosquets, nous ramènent au parking à côté du clocher (toujours) en ruine. . . . Nous quittons le vallon en jalousant quelque peu le calme de ces villages bien exposés sud-est au voisinage immédiat de Thann. (texte Georges et Dominique)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.