Une dernière… pour la route ! (31/12/2016)

Ce samedi, dans la froidure et la grisaille (c’est ce qu’elles pensaient), elles avaient RDV à Soultz pour une sortie route de fin d’année : la montée au Grand Ballon via le col Amic.

Arrivées sur le parking, nos trois « power girls », entendez par là, Estelle Fischer, Evelyne et Lyson Dumont ont eu la surprise de voir un parking avec de nombreux cyclistes masculins, dont certains breloqués lors des compétitions alsaciennes… Un peu intimidées tout de même, nos trois filles !

-3°Celsius pour démarrer avec le peloton d’une trentaine de cyclistes, seules filles dans l’aventure, une première pour Lyson qui n’a jamais grimpé de col digne de ce nom.

A peine les premiers panneaux indiquant l’ascension passés, les gars ont eu des fourmis dans les jambes et ont déclenché le turbo, laissant les trois filles à l’arrière. Loin de se décourager, elles sont passées en mode « papotage » et se sont laissées gagner par l’atmosphère qui se réchauffait peu à peu, au fur et à mesure que l’on s’élevait et que l’on sortait des nuages de pollution 🙂

Arrivées à mi-chemin, au col Amic, quelle ne fut pas la joie de voir les garçons redescendre pour aller chercher les filles, mince alors, il fallait arrêter le papotage et appuyer à nouveau plus fort sur les pédales. Mais dès le col passé, prétextant une pause céréales, elles en ont profité pour se faire à nouveau lâcher. Train de sénateur pour la suite de la montée, mais oh, quelle surprise, les garçons (certains du moins) à nouveau là au niveau de l’auberge du Grand Ballon, pour escalader les derniers lacets ensemble. Ce qui fut fait cette fois jusqu’au bout, les filles montrant qu’elles en avaient encore sous la pédale.

Arrivées au sommet, quel splendide spectacle sur la mer de nuages, et les Alpes toutes proches. Une collation, la voiture pour se changer pour la descente… Et cela repartira avec peine dans l’autre sens… Il est vrai que redescendre dans la froidure et la grisaille (alors qu’il fait 9°C au sommet), c’est dur quand on est si bien sur le toit de l’Alsace. 40 km et 1 100 mètres de dénivelé positif, bravo les filles !