Georges nous raconte… la sortie du 27 décembre 2016

Georges, c’est le grand derrière, avec sa crinière blanche… Un cycliste de la section, qui roule en loisir. On le connaît tous car il roule en baskets blanches, sans pédale automatique… chapeau bas !
C’est aussi un des animateurs de la section Sports Loisirs Seniors, il encadre des randonnées avec nos anciens. Aujourd’hui, il avait décidé d’être avec les plus jeunes ; voici son récit :

« L’entrainement de ce 27 décembre était prévu dans les Vosges: ski de fond et/ou raquettes. Mais le seigneur météo de cette fin d’année ne veut pas de neige. Tant pis, ce sera bien en montagne, mais de la rando. Et sous un soleil éclatant, sans vent.
Sébastien Fedrigo a proposé un circuit modulable qu’il pratique de temps en temps. Ce sera à partir du gros Chêne, à Wuenheim, à 400 m d’altitude.
C’est un joli groupe de 23 personnes décidées à se dépenser qui s’élancent à 9h00 à l’assaut du Vieil Armand dans la froidure (il gèle presque) derrière Seb. Après une brève descente, les montées ont vite fait de réchauffer tout le monde : les couches superflues rejoignent les sacs à dos. Bientôt nous arrivons à l’endroit appelé ’’cantine Zeller’’, au niveau 700 m, qui comprend une auberge et une terrasse bien aménagées. C’est fermé en semaine, mais c’est le moment de prendre un en-cas et une boisson du sac à dos.
Et c’est reparti direction Hirtzenstein, avant lequel nous bifurquons dans la ‘’Suisse Lippique’’: des tranchées raides et étroites, jonchées de feuilles mortes cachant les rochers et pierres. Lippique proviendrait de la région allemande ’’LIPPE’’ faisant partie de la Westphalie, et du caractère montagneux du lieu rappelant la Suisse. Ça ne cause pas beaucoup, et nous soufflons bien. Sorti de ces tortueux et sinistres couloirs créés pour la guerre il y a 100 ans, Seb nous laisse nous regrouper et pour nous encourager il annonce que les 2 tiers de la montée sont faits. . . Et oui une autre tranchée est encore gravie, la Himmelsleiter (échelle du ciel) : étroite, en zigzaguant à travers et à côté d’abris creusés dans la roche jusqu’à la croix des engagés volontaires dressée sur un rocher ayant point de vue sur la plaine. Encore un petit effort, et le groupe arrive à la croix sommitale blanche (éclairée la nuit) du Vieil Armand ou Hartmanswillerkopf (HWK).
Nous descendons vers les croix du cimetière national, et la crypte en amont. Seb nous fait traverser la route puis nous emmène par un sentier forestier vers le Molkenrain, point culminant de la journée à 1 100 m. Les chaumes voisines en bordure de forêt, baignées de soleil, nous accueillent pour le casse-croûte, avec une vue splendide vers la plaine, le Jura et les sommets alpins. Le fond de l’air est frais et calme, laissant le soleil nous chauffer quelque peu.
Il fait bon ici, mais il y a encore du chemin. Seb nous prévient, nous n’irons pas jusqu’au Grand Ballon : nous n’avons pas amené les lampes frontales…..
Rapidement, nous arrivons à la ferme-auberge du Freundstein, puis par le sentier parallèle à la route des crêtes, à la ruine du Freundstein, le col Amic (nom d’un officier de la Grande Guerre), et le Firstacker. Lors des arrêts de regroupement, il y a la chienne Hermione qui s’assied pour souffler, et quelques jeunes (houspillés par Ernest démangé par l’envie de botter leurs arrière-trains. . .). Une dernière brève montée, puis la descente qui passe au-dessus du refuge du Sudel, pour rejoindre bientôt le carrefour du Holzwasen. Ça continue par un chemin forestier régulier jusqu’au parking en amont de Wuenheim, que nous atteignons vers 16h00.
Ce fut une randonnée superbe, mêlant efforts et découverte de sites historiques et naturels. Les GPS indiquent une distance parcourue de 21 km et 1 300 m de dénivelé positif cumulé. C’est-à-dire un exercice physique substantiel.
Tous les participants sont ravis d’avoir passé une belle journée et remercient Sébastien de nous avoir emmené avec assurance dans cette belle nature. Après une photo de groupe, Christophe nous invite à prendre un verre à la ferme des Moines toute proche, à côté de l’église de Thierenbach. Ceci fait, nous le remercions bien sincèrement, puis prenons la route pour rentrer à Habsheim. »

Georges

Quelques photos de paysage, pour le reste : c’est ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.