Grand Prix des Artisans Winterhouse (28/03/2016)

WP_20160328_002 (2)_1

Ce lundi de Pâques, un de nos jeunes cyclistes, très prometteur, Nicolas Butticker, a participé au grand prix des artisans de Winterhouse, organisé par le grand club cycliste du PE Haguenau (qui compte dans ses rangs Laurent Spiesser et Emile Canal au sein du Team Team Remy Meder).

C’était sa première course sur route, il s’en est plutôt très bien tiré, puisqu’il s’est imposé au terme de la course. Pour vous la raconter, qui de mieux que Nicolas Himself… Et il le fait de fort belle manière, lors de son débriefing à son entraîneur :

« Salut Christian,

Je t’écris aujourd’hui pour te faire un petit résumé de la course d’aujourd’hui en route à Wintershouse. Je vais te décrire, à peu de choses près, les différentes étapes de la course. Les minimes sont partis à 11h33, 3 minutes après les cadets. Après un départ explosif, j’ai ralenti le rythme et je me suis placé en 2ème position. La vitesse a peu à peu augmenté si bien qu’on a rattrapé les cadets. Pour rattraper ces coureurs, j’ai quand même pris la tête de notre peloton à 4 reprises. Arrivés dans le groupe de nos ainés, tout a vite accéléré : plusieurs sprints par-ci par-là qui bousculaient la cohérence du peloton. Je suis resté aux avants postes du groupe cadet au cas où une attaque partait avec dans son élan un minime infiltré. Arrivé dans la seule vraie bosse à mon égard, j’ai pris la tête du groupe cadets-minimes pour finir le premier tour en toute sérénité en pôle position puis j’ai relaissé passer les grands, car comme tu me la dis, ce n’est pas la peine de se cramer pour les autres. On était donc encore 6 minimes qui pouvaient se jouer la victoire. Aucune surprise sur le parcours: pas d’attaque durant près de 10 km. Arrivés dans la bosse, on était à quatre minimes de front. Ne pouvant plus résisté, j’ai lancé une attaque jusqu’en haut grâce à l’élan d’un cadet laissant tout le monde sur place puis je me suis reposé pour le sprint final en laissant les autres revenir dans ma roue. Vint la dernière ligne droite: à environ 300 m, je me suis décalé et j’ai littéralement giclé pour laisser les minimes sur place, rattrapé le groupe des échappés cadets qui s’est formé un peu plus tôt et m’adjuger une nouvelle victoire.

J’ai trouvé cette course pas mal pour une première et ça m’a fait découvrir d’autres horizons et d’autres personnes encore pour moi inconnues au bataillon. »

Je n’ai malheureusement pas trouvé d’autres photos, si jamais, n’hésitez pas à m’en envoyer…